Le contenu de cette page est potentiellement obsolète.

Le wiki sert d'archive et certaines pages ne représentent plus la vision actuelle du Parti Pirate. Pour connaître les positions des Pirates, aujourd'hui, vous pouvez consulter :

Et pour toute autre question, vous pouvez nous contacter et discuter avec nous :

contact@partipirate.org | @PartiPirate sur Twitter | Parti Pirate sur Facebook | Discourse (espace libre d'échanges et discussions) | Discord (espace d'échanges instantanés textuel et vocal)

La Belle Démocratie

De Wiki du Parti Pirate
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Belle Démocratie

Remarque
Page en © 2017 La Belle Démocratie
http://dfradin.wixsite.com/labelledemocratie

.

Labelledemocratie-logo1.jpg

Qui sommes-nous et d'où venons-nous ?

La Belle Démocratie est un projet d'éducation politique, citoyenne, populaire au sens où il porte des objectifs d'émancipation et de transformation sociale et qu'il met en partage des outils et des modes d'organisation pour tous les citoyens. Qui sommes-nous et d'où venons-nous ? La Belle Démocratie s'est construite tout au long de 2016 à travers plus de 15 journées d'assemblées plénières à Saillans (Drôme), Vogüé (Ardèche), Trièves (Isère), Meysse (Ardèche), Paris et Lyon, et réunissant des membres de mouvements citoyens tels que :

les Affranchis, les Audacieux, Assemblée Nationale Citoyenne, la CEN, Cercle Podemos Montpellier, Colibris 67, Conférence citoyenne 2017, Curieuses démocraties, les Déconnomistes, Ensemble Ici, Générations futur, GRAM Métropole Lyon, pouvoir citoyen en marche, LesJoursHeureux-LePacte, Nation Océan, 36000 listes participatives pour 2020, MaVoix, Nous la Majorité, Partagir, le Parti pirate, Super Châtaigne, Synergies Démocratiques, WARN...

La Belle Démocratie n'est pas un parti politique, n'a pas de comité directeur, de programme ni de candidats pré-établis. En rupture avec la forme et le discours partisan, totalement décentralisée, radicalement horizontale, elle se construit par la mobilisation citoyenne à travers la multiplication d'Assemblées locales partout en France.

La Belle Démocratie en 6 points 
  1. La Belle Démocratie est l'un des éléments de l'archipel du réveil citoyen en France
  2. La Belle Démocratie agit pour l'appropriation citoyenne directe du pouvoir politique, et pour la reliance et mobilisation conjointe entre tous les mouvements qui s'y réfèrent
  3. La Belle Démocratie appelle à la création d'Assemblées Locales à but électif partout en France
  4. La Belle Démocratie propose un « Label Démocratie » organisant les nouvelles relations continues entre l'habitant - le politique - et l'élu - son représentant
  5. Principaux critères de HQD (haute qualité démocratique) au sein du label : zéro cumul de mandats; transparence intégrale; pas de programme prédéfini (il est élaboré par les habitants), pas de candidat prédéfini (issu des Assemblées Locales), pas d'alliances ni soutien d'aucun parti, pas de consigne de vote.
  6. La Belle Démocratie est de droite comme de gauche, hors parti, hors système.

Ce que l'on veut. / MANIFESTE "La Belle Démocratie"

(texte adopté, Trièves juin 2016)

Nous, habitant.e.s de villages, villes et territoires de ce pays, nous nous engageons à favoriser de toutes nos forces l'avènement de la première démocratie citoyenne, en rupture totale avec le fonctionnement destructeur des forces politico-financières actuelles.

Cette démocratie sera exploratrice de stratégies positives, respectueuse de nos choix fondamentaux :

  • La non-violence sous toutes ses formes.
  • La création d’une société vivante, solidaire et bienveillante.
  • L’émergence d’une citoyenneté libre, responsable et épanouie au cœur de la prise de décision politique. Nous voulons donc la disparition du rapport dominant.e/dominé.e.
  • Le bien-être de l’individu est l’unité de base de toute expérience collective : ceci passant par l’éducation, le développement de l’esprit critique et le libre arbitre.
  • La mise en place d’un fonctionnement pluriel, en archipels, pour une mise en réseau de nos débats, réflexions, et d’une convergence de nos stratégies aux antipodes d’une organisation pyramidale.
  • Coopération, partage et transparence seront les mots repères en vue d’actions pour restaurer le domaine social et pour enfin construire une relation humaine digne, ancrée dans la notion de biens

communs et de services publics prioritaires.

  • Dans l’optique de débats respectueux vers une vraie transformation sociale, favoriser la pratique d’un travail sur soi par le biais de la prise de conscience de nos formatages, de leurs dépassements afin de vivre pleinement la notion de révolution intérieure.

Nous n'avons pas de programme ; nous avons mieux : notre détermination à l'écrire ensemble.

Nous nous constituons en solutions et nous prenons la main pour inventer ensemble les moyens d'en finir avec la politique-spectacle, la servitude volontaire, la soumission au pouvoir de quelques un.e.s et toutes les formes de simulacre démocratique qui étouffent le pouvoir citoyen, entraînent la déception et nourrissent les extrémismes.

Nous voulons que tous les traités internationaux soient respectueux des spécificités des populations locales et négociés dans un processus transparent et réellement démocratique.

Nous voulons une société dont le système économique et l'organisation sociale soient le socle fondateur d'un bien-être individuel et collectif qui prend soin de la planète, intègre ses équilibres vitaux et arrête toute dégradation de la bio-diversité.

Nous voulons construire les institutions de la première démocratie fondée sur le pouvoir d'agir de chacun.e des citoyen.ne.s.

Nous voulons participer à la promotion d'explorations de stratégies positives, d'expérimentations d’outils et d'actions dans la transparence systématique, conformément à nos fondamentaux.

Nous excluons de faire chemin commun avec des initiatives animées ou initiées par des personnes qui participent ou promeuvent la divulgation d'idées, d'actes ou de stratégies xénophobes, sexistes, racistes ou totalitaires.

Nous refusons que nos pays soient leaders et collaborateurs de guerres.

Nous sommes exigeant.e.s et ambitieux.se.s, nous voulons la disparition des rapports de domination au niveau inter personnel, local, national et international pour promouvoir des individus bien informé.e.s, responsables et confiant.e.s dans la société qu’ils.elles construisent ensemble.

La prochaine plénière "La Belle Démocratie"

aura lieu à Lyon les samedi 13 et dimanche 14 mai 2017. Elle sera ouverte à tout.e représentant.e d'initiative visant au réveil du pouvoir citoyen, et à toute personne souhaitant contribuer à ce chantier à titre individuel.

La précédente a eu lieu à Marseille du samedi 11 février au lundi 13 février. Elle s'est conclue par la première conférence de presse LBD, le 13 février à 11h00 au Théâtre de l’œuvre, 1 rue Mission de France (contact presse : accueil@lepointdebascule.fr)

Assemblées locales

La Belle Démocratie se construit par la mobilisation citoyenne à travers la multiplication d'Assemblées locales partout en France. Cette mobilisation conjugue :

  • d'une part des Assemblées de proximité, groupes locaux, tables de quartiers, cercles d'habitants qui œuvrent au réveil citoyen dans leur bassin de vie par tous les moyens possibles, indépendamment du calendrier électoral et sans nécessairement passer par les urnes.
  • d'autre part des Assemblées locales à visée élective, constituées à l'approche d'un scrutin dans l'objectif d'attribuer le "label Démocratie" à un.e ou plusieurs candidat.e.s, et couvrant l'échelle géographique du scrutin visé. Elles peuvent naître indépendamment de groupes locaux pré-existants sur le territoire concerné, comme en être le prolongement naturel.

Définition et objectifs

L'Assemblée locale œuvre à l'appropriation du pouvoir du citoyen. Ses participant.e.s sont animé.e.s par le désir de reprendre la main sur les choix, les orientations, les équilibres et la gestion de leurs territoires et de ses biens communs. Dans le cas d'une Assemblée à visée élective, les habitants se structurent pour prendre le pouvoir et l'exercer. Leur objectif est de gagner les élections, sans candidat pré-désigné ni programme pré-établi.

​==== Qui participe ==== C'est un groupe d'habitant.e.s, large et ouvert, appartenant à un territoire de proximité et /ou un bassin de vie, et formant une communauté de destin, une "cité".

Les habitant.e.s participent à titre personnel et non sous l'égide d'un parti, d'une organisation, d'un syndicat, etc. Il n'y a aucun critère d'entrée, aucune discrimination pour aller dans une AL (pas d'âge requis, éligible ou pas, sans papier, ... )

​==== Rôle des assemblées locales ==== L’Assemblée Locale a pour objectif de :

  1. Susciter le rêve des habitant.e.s sur l’avenir de leur bassin de vie ;
  2. Faire l'état des lieux du territoire en sollicitant des avis techniques pluriels et non uniques. L'expertise technique est au service de l'expertise politique des habitant.e.s. Il est indispensable d'utiliser les compétences locales et de réfléchir à une pluralité de solutions. Ce diagnostic est validé par les habitant.e.s qui sont les experts de l'usage de leur territoire ;
  3. Élaborer ses projets et propositions ;
  4. Choisir ses représentant.e.s candidat.e.s avec les autre groupes éventuellement concernés territorialement par l’élection, si elle(s) décide(nt) d’y aller ; et s'appuyer pour cela sur le cahier des charges "haute qualité démocratique" (HQD) du Label Démocratie si elles souhaitent labelliser leur.s candidat.e.s ;
  5. Animer un processus d'éducation populaire valorisant les savoirs disponibles et permettant leur développement ;
  6. Avoir le souci permanent de favoriser la participation du plus grand nombre, en utilisant des outils et méthodes adéquats, avec une attention particulière pour celles et ceux qui ne participent pas.

​​==== Fonctionnement ====

  1. Il doit se faire de manière bienveillante, avec une communication non violente et une écoute attentive qui permette à chacun de s'exprimer.
  2. Les AL sont animées dès que possible par des personnes formées à la facilitation.
  3. Lorsqu'un participant prend le rôle d'animateur, il ne participe pas au débat.
  4. Une rotation des rôles doit se faire de manière à ce que personne ne s’installe dans une fonction spécifique de l'AL.
  5. Il est donc conseillé que plusieurs personnes se forment à la facilitation
  6. L'organisation de l'AL se détermine en interne (nombre de réunions, ordre du jour, ...)
  7. Les AL déterminent les thèmes sur lesquels agir en fonction des priorités des habitant.e.s du bassin de vie (urbain ou rural, centre ville ou quartier, ...)
  8. Transparence et de diffusion de l'information auprès des habitants (compte rendu a minima...).
  9. La convivialité fait partie du fonctionnement avec la notion de plaisir à participer aux AL.

Les assemblées locales

A Nantes

objectifs : Législative 2017 structures : uniquement des citoyens

Le Label Démocratie

Un label (de l'anglais « étiquette ») est un signe d’identification et de qualité [...] qui garantit au [public le respect de] certains critères (qualitatifs, environnementaux, sociaux…). Afin d'être repérable, le label se matérialise par des signes distinctifs (nom, pictogramme…). Un label peut aussi bien être élaboré par un organisme public qu'un organisme privé (entreprise, ONG…). Certains labels sont même auto-décernés [...] sans le contrôle d'une tierce partie indépendante. Pour être crédible, un label dépend donc de la pertinence des exigences fixées par son cahier des charges et du dispositif de labellisation qui l’accompagne. Source : Wikipédia

Nous sommes un archipel d’initiatives attachées à la pratique démocratique et à l’appropriation citoyenne du pouvoir politique. Nous ne proposons pas un projet de société pensé par une minorité éclairée. Nous voulons engager les citoyen.ne.s à faire leur projet de société partout où ils-elles vivent, à toutes les échelles, en s'appuyant sur le socle éthique exprimé dans notre manifeste.

Nous animons des groupes locaux, tables de quartiers, cercles d’habitants qui travaillent cette question dans leur bassin de vie par tous les moyens possibles. Dans le champ électoral, à l'approche d'un scrutin, nous constituons des Assemblées locales à visée élective : pour construire, en lien avec les groupes locaux du territoire concerné, des projets et candidatures respectant des critères de "Haute Qualité Démocratique" et pour contribuer à leur mise en œuvre tout au long des mandats obtenus. Ces Assemblées locales sont ouvertes à l'ensemble des habitant.e.s du territoire concerné par le scrutin, toutes sensibilités confondues.

Nous avons construit ce label pour nous doter d'une visibilité nationale, d'un cahier des charges élaboré en commun, d'outils, d'échanges et de renforcement mutuel ; nous le proposons à l'ensemble des initiatives citoyennes cherchant à incarner dans les urnes une proposition totalement hors partis, en créant un bulletin de vote qui aspire non pas à défendre une couleur, un programme, un rapport de forces sur l'échiquier politique, mais à entraîner le plus grand nombre dans un mouvement de renaissance de la démocratie, profondément dépervertie, profondément assainie, profondément renouvelée : avec le citoyen agissant en son cœur.

Objectif 

Prendre le pouvoir pour le partager : gagner des élections dans l’objectif de co-construire, animer et réaliser les mandats entre élu.e.s et habitant.e.s

Pour cela :
  • Initier, soutenir, accompagner la mise en place d’Assemblées locales
  • Expérimenter de nouveaux processus démocratiques qui restaurent pleinement la place de l’habitant.e (le politique) et de l’élu.e (son/sa représentant.e)
  • Faciliter l’émergence de candidatures labellisées unifiées à chaque échéance électorale.
Attribution du Label 

Le "label démocratie" est attribué à tout.e candidat.e respectant les critères de HQD énoncés ci-après, par toute Assemblée locale inscrite sur labelledemocratie.fr et couvrant l'échelle géographique du scrutin visé.

La Haute Qualité Démocratique

Construction du programme

Le programme soumis aux électeurs doit être co-construit avec l'ensemble des habitant.e.s, il ne peut en aucun cas être l'apanage de quelques-uns, à plus forte raison de celles/ceux qui souhaiteraient devenir candidat.e.s. C'est un processus actif qui nécessite des méthodes d’intelligence collective et des animateur-rice-s formé-e-s.

Désignation des candidat-e-s

La désignation des candidats est l'ultime étape, et en aucun cas le point de départ de la construction du projet. Chaque assemblée locale choisit sa manière de procéder :

  • tirage au sort d'un jury citoyen qui désigne les candidat.e.s
  • élection sans candidat (outils de sociocratie)
  • primaire citoyenne locale
  • toute autre méthode qui s'appuie sur les principes d'intelligence collective.

Les candidat.e.s ne peuvent appartenir à un parti politique ni afficher le soutien d'un parti, à l'exception d'un groupement politique, outil exclusivement et ostensiblement dédié à l'obtention des dotations financières de l’État pour les Assemblées locales qui le souhaiteraient, sous réserve d'une absence totale d'incidence sur l'application de ce cahier des charges.

Aucun cumul de mandat n'est permis :

  • si le/la candidat.e a déjà un autre mandat en cours, une fois élu il/elle devra l'abandonner.
  • les candidat.e.s ne devront pas avoir fait plus d'un mandat électoral précédemment. Pour les municipales, dans les petites communes rurales ce principe reste à l'appréciation de l'assemblée locale.

Les candidat.e.s doivent signer la charte Anticor (http://www.anticor.org/nos-chartes-ethiques/)

En cas de 2eme tour, aucune stratégie, arrangement, appel : les électeur-rice-s sont capables de discernement.

Les représentant.e.s élu.e.s

  • construisent leurs décisions avec leur assemblée locale et rendent compte devant elle de l'ensemble des décisions qu'ils/elles prennent en son nom. Lorsque l'assemblée locale ne peut se positionner sur une question, l'élu.e peut décider avec un contrôle a posteriori.
  • résistent aux injonctions d'urgence qu'ils/elles subissent.
  • saisissent leur assemblée locale :
    • des privilèges permis par le statut d'élu-e et de ceux qu'il/elle doit refuser.
    • du plafonnement des indemnités à un niveau qui permet de vivre dans la réalité économique médiane de la population, toutes sources confondues (indemnités et jetons de présence au sein de syndicats intercommunaux ou conseils d'administrations...)

Tout au long du mandat

  • L'intégralité des processus décisionnels, financiers, stratégiques est accessible à tous-toutes
  • La gestion de l'argent public est rendue intégralement publique
  • Transparence et compte-rendus systématiques à délais constants
  • Soutien à des moyens d'information indépendants et aux contre-pouvoirs
  • Devoir d'alerte sur tout sujet qui concerne l'intérêt commun et la lutte contre les conflits d’intérêts
  • Expérimentation et pratique constante de nouvelles méthodes de consultation, co-construction et co-décision au service de la participation du plus grand nombre

cahier des charges adopté à Lyon le 13 novembre 2016, amendé à Marseille le 12 février 2017


Tout au long du mandat, l’Assemblée locale est garante collective du respect de ce cahier des charges par l'élu.e labellisé.e.

Les vœux de la Belle Démocratie.

Françaises, Français,

Pour cette année 2017, année politique de tous les possibles, nous appelons de tous nos vœux le plus grand parti de France, le parti silencieux de toutes celles et ceux qui n'y croient plus, indigné.e.s, anti-système, abstentionnistes, non inscrit.e.s sur les listes électorales, votant.e.s désespéré.e.s, à présenter pour la première fois ses candidat.e.s dans toutes les circonscriptions pour rentrer à l'Assemblée nationale en juin prochain.

Nous sommes "la Belle démocratie". Nous ne proposons pas un projet de société pensé par une minorité éclairée. Nous voulons engager les citoyen.ne.s à faire leur projet de société partout où ils-elles vivent, à toutes les échelles.

Nous sommes issu.e.s d'une multitude de mouvements citoyens dans toutes les régions de France, aux antipodes des clivages idéologiques et des partis aveuglés par la soif du pouvoir. Réveillé.e.s en sursaut par l'état d'urgence et l'arrivée d'un parti extrémiste devant tous les autres en décembre 2015, nous nous sommes rencontrés, reconnus, rassemblés. Nous avons décidé de nous allier pour favoriser de toutes nos forces la transition vers une démocratie véritablement citoyenne, en rupture totale avec le fonctionnement destructeur des forces politico-financières actuelles.

Nous sommes l'une des composantes de ce réveil citoyen aujourd'hui à l’œuvre dans de multiples domaines. Au sein de ce vaste archipel inter-relié nous agissons pour l'appropriation citoyenne du pouvoir politique.

Nous appelons à la création d'Assemblées locales à visée élective partout en France, dans l'objectif de prendre le pouvoir pour le partager : pour construire des projets et candidatures respectant des critères de "Haute Qualité Démocratique" (HQD) et pour engager le plus grand nombre dans leur mise en œuvre tout au long des mandats obtenus.

Nous créons pour cela le "label Démocratie", prêt à s'auto-multiplier dans la France entière : toute Assemblée locale ouverte à l'ensemble des habitant.e.s de la circonscription, toutes sensibilités confondues, peut l'attribuer à tout.e candidat.e respectant son cahier des charges et son socle éthique. Il nous permet à toutes et tous de créer partout une offre politique radicalement nouvelle, par le premier bulletin de vote qui n'aspire pas à défendre une couleur, un programme prédéfini sur l'échiquier politique, mais à inventer, expérimenter et organiser les nouvelles relations entre l'habitant - le politique - et l'élu - son représentant.

Non cumul des mandats, transparence intégrale, absence de programme et de candidats prédéfinis, aucune alliance avec aucun parti, aucune consigne de vote : le cahier des charges HQD du label Démocratie oppose les techniques de l'intelligence collective aux logiques de concentration du pouvoir entre "mâles blancs dominants", et s'attaque à la racine aux pathologies létales de notre démocratie représentative actuelle - carriérisme, corruption, clientélisme, soumission aux lobbys, défiance des citoyens, flambée de l'extrême-droite...

Nous sommes de droite, nous sommes de gauche, nous combattons tous les extrémismes, nous sommes hors partis, nous sommes hors système, nous sommes la multitude agissante.

Pour cette année 2017, année politique de tous les possibles, nous nous souhaitons de nous donner l'élan, à nous citoyennes et citoyens normaux que le pouvoir fait fuir, de nous rassembler par-delà nos différences et de sortir de notre silence, de notre impuissance, de notre désespérance politique. C'est à la portée de toutes et tous et d'une simplicité prodigieuse... il suffit d'un petit noyau d'amis, d'une salle, quelques affiches et méls, des gommettes et des post-it, et votre Assemblée locale est lancée !

A travers notre mobilisation en 2017, nous n'en serons que mieux préparé.e.s pour agir à notre horizon fondamental : la reprise en main des pouvoirs locaux à l'échelle du bassin de vie au quotidien, en particulier à travers les municipales de 2020.

En 2017, tous députés ! Prenons le pouvoir pour le partager !

La Belle Démocratie et la séquence électorale de 2017.

Autour de l’élection présidentielle, « ils » en font des tonnes pour aggraver - s’il se peut encore- notre défiance vis-à-vis du système politique actuel !

Les, pourtant déjà morts, partis politiques, la foultitude des candidat.e.s à la « magistrature suprême », les sauveurs autoproclamés s’ingénient à cultiver cette défiance, cet écœurement, jour après jour. En utilisant des « primaires », qui mobilisent moins de 20 % de l’électorat alors que 80% de la population se défie absolument d’eux, les partis politiques tentent de se relégitimer, de garder la main. C’est la petite minorité de l’électorat la plus âgée, la plus aisée - celle qui croit encore aux partis ou, du moins, qui est la plus intéressée à la conservation du système actuel - qui choisit entre quelques leaders…sélectionnés par ces partis.

« Ils » continuent ainsi à se désigner entre eux !

Que les candidat(e)s à la présidentielle viennent des primaires ou d’une personnalité prétendument «hors système» cinq cents élus, maires doivent les parrainer publiquement. Ces élus, ces maires, même non encartés politiquement, dépendent terriblement des partis politiques (investitures et carrières à venir, subventions, intercommunalité, soutiens à la collectivité…)

C’est dire si le système est cadenassé.

La Belle Démocratie appelle les maires à se dégager de cette pression des partis.

Elle s’intéresse à la pluralité et à la créativité des initiatives citoyennes ciblant l’élection présidentielle. Elle soutient activement les processus qui pourraient aboutir à une bataille permettant la présentation d’une seule candidature citoyenne à cette élection.

La Belle Démocratie priorise les seules élections nationales de 2017 qui ne sont pas totalement cadenassées à priori par ce système politique: les élections législatives.

Car dans la séquence électorale de 2017 il existe des élections nationales où la réappropriation citoyenne du pouvoir politique est à portée de vote !

Le plus fou, c’est que faire « turbuler » le système à la faveur les élections législative est non seulement possible mais (assez) facile :

Car pour les législatives les candidatures ne sont soumises à aucune contrainte de parrainage politique. Des candidat(e)s émanant directement d’assemblées locales de citoyen.ne.s peuvent se présenter et être élu.e.s. En Europe de nombreux pays ont déjà, de différentes façons, élus de nombreux parlementaires de ce type, hors des partis traditionnels.

Car, contrairement à ce qu’on nous répète, nous ne sommes pas dans un régime présidentiel.

Notre Constitution est parlementaire. C’est le Parlement et plus précisément encore l’Assemblée Nationale qui a, institutionnel-lement, le dernier mot.

Lors des cohabitations de ces dernières années, on a bien vu que les pouvoirs des Présidents s’arrêtent là où ils n’ont pas de majorité à l’Assemblée Nationale. Là où commencent les pouvoirs des députés.

Car pour la première fois depuis le début de la V République, la présence de trois camps à peu près équivalents, gauche, droite et extrême droite, conduit à ce que le ou la Président.e qui sera élu.e en 2017 ne pourra pas « se donner » quasi automatiquement, cette fois, une majorité à l’Assemblée Nationale.

Il ou elle ne sera vraiment l’élu.e - au mieux - que d’un tiers des électeurs. Il ou elle sera en opposition frontale - aggravée par la campagne électorale - avec les deux autres camps partisans. On mesure ce que vaut l’assurance virile de chacun(e) des présidentiables actuels quant à sa possibilité d’imposer, une fois élu(e), son programme…

En 2017 quel(le) que soit l’élu.e de la présidentielle ce sont les législatives qui décideront du pouvoir politique.

Seule une Assemblée Nationale comptant de nombreux député.e.s non inféodé.e.s à un des trois camps politiques, à un(e) leader et à un programme définis a priori, peut nous prémunir des blocages et des aventures suscitées par l’impasse démocratique actuelle.

La perspective d’élire dès 2017 une Assemblée Nationale citoyenne est la perspective la plus hardie et la plus sécurisante. Elle est la seule à innover fondamentalement alors que chacun sait bien, en son for intérieur, que le système actuel, quels que soient les programmes annoncés, quel que soit le ou la Président(e) élu(e), ne donnera pas satisfaction, n’ouvrira que sur le statut quo ou la régression.

Une Assemblée Nationale Citoyenne conduira les représentants du peuple à voter la loi, contrôler le gouvernement, évaluer les politiques publiques en dehors de tout automatisme partisan aveugle comme c’est malheureusement le cas aujourd’hui.

Elle obligera l’exécutif, sauf à être sanctionné par les député(e)s, à préparer les projets de loi et à conduire l’administration de façon bien travaillée et concertée en s’affranchissant de tout volontarisme partisan comme de la pression des lobbys.

Elle obligera le législatif, les représentants du peuple, à maintenir une symbiose continue avec leurs électeurs et toute la population puisqu’ils n’auront plus d’attaches partisanes et programmatiques a priori.

Ainsi, nos élu(e)s nous représenteront, seront responsables uniquement devant les habitants, les citoyen(ne)s quels qu’aient été la nature de nos votes, ou de nos abstentions, lors de l’élection présidentielle. L’équilibre des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif - aujourd’hui dangereusement basculé en faveur du seul exécutif - sera enfin réalisé.

La bonne nouvelle c’est qu’il n’y a aucun préalable à la possibilité d’une ressaisie citoyenne du pouvoir politique. Il n’est pas nécessaire de changer, avant, de Constitution. Ni de modifier, avant, la diversité des sensibilités politiques de chacun.e.

Cela pourra venir, mais ce n’est pas une condition sine qua none.

Mais n’est pas cela la démocratie ? Chacune et chacun comptant réellement pour un tel(le) qu’il est et non pas tel(le) qu’une idéologie ou une autre voudrait qu’on soit. Ce sont les pratiques démocratiques elles-mêmes qui nous rendront toutes et tous plus avisé.es, plus tolérant.e.s, plus compétents et plus heureux à vivre ensemble.

Autres

La Belle Démocratie propose des méthodes et des outils pour prendre le pouvoir pour le partager en dehors des partis, et secouer la politique dès 2017. Son horizon fondamental est la reprise en main citoyenne des pouvoirs locaux à l'échelle du bassin de vie au quotidien, en particulier à travers les municipales de 2020.

  • Animation de Tristan Rechid sur l'élection sans candidats
Vidéo "les Affranchis" Antoine Zerroudi.

https://www.youtube.com/watch?v=lAraQbRxjLE

  • La Belle Démocratie, c'est quoi ?

https://www.youtube.com/watch?v=quWOwZ2pKFM

  • LBD épisode 1 Saillans

https://www.youtube.com/watch?v=Ywz28ik54BI

Archipel

L'archipel des initiatives cherchant à donner le pouvoir aux citoyens par les urnes sans s'appuyer sur un programme pensé préalablement par une minorité éclairée
L'archipel des initiatives cherchant à réveiller le pouvoir citoyen par des moyens complémentaires aux urnes
NB liste indicative... si vous souhaitez référencer ici d'autres initiatives se référant à l'un des ces archipels merci de nous les signaler à
assembleelocale.lbd@ntymail.com

Voir aussi